Qui est Clinton Pryor?

source: https://www.clintonswalkforjustice.org/who-is-clinton-pryor/

Texte original en Anglais corédigé par le collectif de soutien de Clinton Pryor ; « Clinton’s walk for Justice »

Traduit par Thierry Gerard

Qui est tu? Je m’appelle Clinton Pryor.

D’où viens tu ? Je suis Wajuk, Balardung, Kija et Yulparitja, un homme de l’ouest.

Où es tu né? Je suis né dans l’Hôpital King Edward à Subiaco.

Où as tu grandi? Quand j’étais enfant, depuis ma naissance jusqu à l âge de 7 ans, j’ai grandi à Carmarvon, Halls Creek, Kununurra, Mulan Community avant de partir a Perth. Après l’âge de 7 ans, j’ai grandi à Perth.

Où habites-tu actuellement? Maintenant, je vis à Rivervale dans la région de Belmont.

Quelle a été la partie la plus difficile de ta vie ? La partie la plus difficile de ma vie, fut lorsque mon père est monté au ciel lorsque j’avais 16 ans. Ce fut le jour qui changea ma vie pour toujours. Je me souviens que lorsque j’étais assis à côté de son corps à l’hôpital d’Armadale, j’ai mis ma main sur sa tête et lui ai promis trois choses qui furent d’aider mon peuple, prendre soin de ma famille et garder en vie la culture des peuples dont je suis issu. Après cela, j’ai perdu mon emploi, ma petite amie m’a quitté et j’ai quitté la maison pour vivre dans la rue pendant deux ans avant de me reconstruire et me remettre dans le droit chemin parce que je savais que si je me bougeait pas et que si je ne croyais pas en moi, je n’irais nulle part dans la vie.

Quelle fut la meilleure partie de ta vie? La meilleure partie de ma vie fut lorsque j’étais au collège, j’ai joué au foot et fut capitaine dans l’équipe de footy à Thornlie, j’eus une petite amie, un travail et j’allais faire du surf tout le temps à la plage.

Qu’est ce qui t’as rendu plus fier? Quand j’avais 7 ans, je n’étais pas l’enfant modèle de l’école primaire. J’étais de ceux qui s’asseyaient sur les livres de lectures de la bibliothèque. Je me rappelle, ce fut lors de la remise des diplômes, durant la nuit précédant celle ci, les mômes devaient se représenter et chanter sur scène pour le jour J. Ce jour l’instituteur nous dit, à nous les gosses, à qui voulait, de monter sur scène devant le groupe. Ce fut ainsi que mon ami me demanda de me lever et de faire la danse que je leur ai montré que j’apprenais à la maison devant un miroir. Et ce fut ainsi que je me suis levé pour interpréter la marche de la lune devant toute la classe et tout le monde criait et disait ouaiiiis va y Clinton! Après ce jour, je fus un enfant sage et les filles m’aimaient après ce jour haha!

Qu’aimerais-tu devenir dans un avenir proche? Dans un avenir proche, j’aimerais un jour être père et avoir ma propre petite famille et vivre le rêve dont j’ai toujours rêvé lorsque j’étais un petit garçon et c’est ça qui apportera un changement dans le monde.

11182202_481507961999678_4167696125672343603_n-1 Quelle fut ton expérience lors de ta vie dans la rue? La chose la plus dure, lorsque j’étais SDF, était de ne pas avoir d’argent, pas de maison et personne pour prendre soin de moi ou me demander comment j’allais. C’était comme si personne ne s’intéressait à moi et je me sentais seul.

Quelles furent tes expériences avec les communautés Aborigènes éloignées? Bien, je connais comment est la vie dans ces communautés. J’ai grandi dans une communauté avec ma mère avant qu’elle meure. La vie en communauté est très importante, parce qu’elle garde mon peuple en dehors de la ville ou de l’agglomération, parce qu’en ville comme dans l’agglomération, il y a la drogue, l’alcool et la violence. La vie en communauté est sous le contrôle des Elders qui suivent la voie traditionnelle avec notre propre Loi dans laquelle nous vivons depuis 60 000 ans et notre Loi garde notre peuple connecté.

Comment restes tu fortement connecté spirituellement avec les tiens? Je suis très connecté avec toute forme de vie autour de moi. Je me connecte de manière à ressentir le Grand Esprit dans l’air. Je peux dire ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas. Cela prend du sens dans mon coeur lorsque je peux dire que quelque chose est bon ou mauvais et je le sais par les animaux autour de moi, si cela va être une belle journée ou pas.

Que peux-tu nous dire à propos de ta spiritualité? Je vois la terre et l’animal, je vois ce monde d’une manière différente. C’est un peu comme Star Wars et la Force. Mais je prends ma force depuis la terre, il est difficile, parfois, de pouvoir l’expliquer. La Terre (ndlr: Terre Mère) me donne la force et je lui donne de l’amour et suis attentif à ses attentes vis à vis de moi, et j’essaye de la protéger des compagnies minières. Dans les croyances de mon peuple, nous croyons que lorsque nous mourrons, nous pouvons revenir et être une part d’un arbre, d’un animal, d’un rocher, d’une rivière, de l’air et de la terre elle même. C’est pour cela que je suis très connecté à la terre parce que je sais que ceux qui sont décédés avant moi sont toujours avec moi et autour de moi. C’est la Grande Énergie de la vie.

Qu’est qu’il te préoccupe le plus dans ce monde? Ce qui me préoccupe le plus, c’est ma famille, mes amis et ma culture. J’essaye de ne pas laisser ce monde se faire détruire par ces milliardaires avides d’argent.

Quelles furent les bonnes choses auxquelles tu as été impliqué récemment? Je suis allé protester contre la fermeture forcée des Communautés Éloignées, pour les SDF et j’ai organisé des rassemblements.
13502057_646571185493354_5971808805115261668_n
Quelles sont les défis auxquels tu devras faire face pour accomplir ces belles choses? Je suis constamment surveillé par la police sur Facebook, mais je ne renonce pas au fait de croire qu’un jour nous gagnerons notre combat pour nos droits en tant que Peuple des Premières Nations sur la terre où nous nous sommes.

Quelles sont tes craintes concernant l’arrêt du financement des Communautés Éloignées en Australie Occidentale? Les conséquences les plus importantes est de voir mon peuple vivre dans la rue et de voir la terre se faire détruire et la culture mourir à petits feux.

Quels risques y’a t’il pour les connaissances sacrées, les rituels et les coutumes si les Communautés Éloignées sont fermées? Si les Communautés Éloignées sont fermées, l’art rupestre et les song lines ( ndlr les chants liés au Temps du rêve et au monde physique, appelé en anglais Dreaming ou Tjukurpa, Ngarangani ou Bugarigara… chez les Aborigènes ), seront menacés et pourront être perdus pour toujours sans que la jeune génération puisse connaître sa culture, la vie de son peuple, et comment nous vivons sur cette terre

.

Qu’arrivera-t-il aux gens dans les Communautés Éloignées, si les services sont arrêtés ? J’ai vu beaucoup de personnes de mon peuple vivre dans la rue et autour de la ville où ils se sentaient perdus. (ndlr: les villes sont souvent très éloignées de leur communauté d’origine ).


Quelles sont les 3 principales raisons qui t’ont poussé à faire cette marche? Je fais cette marche pour donner de l’espoir à mon peuple, pour montrer à mon peuple qu’il ne faut rien lâcher et qu’il faut continuer à se battre quoiqu’il arrive.

Que souhaiteriez-vous clarifier avec le Premier Ministre? Je voudrais dire au Premier Ministre qu’il donne le plein contrôle aux Elders sur les Communautés et qu’ils puissent vivre sans interférence avec le gouvernement.

Que voudrais tu que le Gouvernement fasse actuellement? Je voudrais qu’il donne à mon peuple ce qu’il veut, c’est à dire un Traité (ndlr: promis par l’ex premier Ministre Bob Hawke en 1988; promesse non tenue… ) et de nous laisser vivre notre vie comme nous l’avons toujours fait.

Dis nous en plus à propos de ta marche? Cette marche est faite pour des peuples ayant un passé culturel différent, qu’ils peuvent avancer ensemble et montrer cela permet d’amener un espoir à notre pays. Nous devons travailler ensemble.

Vas-tu suivre les songlines ou les routes? Oui, je les suis comme je suis tout aussi bien les routes.

Est ce que les routes suivent les songlines? Certaines oui, d’autres non.

Qu’est que tu penses apprendre des communautés que vous avez traversées ? Je veux connaitre la vérité à propos de mon peuple qui vivent et comprennent une Loi différente et l’histoire du Dreamtime (ndlr: autre terme employé pour le Temps du Rêve).


Quelle est la raison principale qui t’as poussé à vouloir marcher? C’est parce que chaque pensée à besoin d’être accomplie par des actes et marcher à travers le pays, pour mon peuple, de la maison pour aller parler au premier ministre va créer quelque chose d’énorme qui n’a jamais été fait auparavant.

Qu’espères-tu rencontrer sur ton chemin? Je ne sais pas mais je sais une chose de sûre, les gens commencent à entendre parler de moi , traversant le pays et je rencontrerais plein de monde.

Qui te soutient dans ce voyage à Perth? J’ai une bonne famille, des amis et mon peuple est derrière moi sur tout le chemin et j’ai des bons amis qui m’aident dans la marche.

As-tu la bénédiction des Elders locaux? oui et mon Elder m’a dit suis la voie en laquelle tu crois.
12643011_584410055042801_567978619766107897_n
Les Elders locaux, t’ont ils donné des messages spécifiques à porter à Canberra ? Ils ont dit que je saurais quoi dire après que j’aie marché auprès de la communauté et à travers le pays.

Que voudrais tu que les gens connaissent d’autre à propos de cette marche ? Le gouvernement va fermer la communauté et j’ai besoin de votre aide pour faire une protestation non violente et active contre le gouvernement. En temps que jeune homme indigène et aussi pour mon peuple, il est notre devoir de prendre soin de la planète. Dans notre vie communautaire, nos aînés se sont battus si durement pour constuire cette communauté. Cette communauté est très importante pour nous. Je ne veux pas voir la communauté se fermer et voir mon peuple perdre leur maison parce qu’un gouvernement a décidé de ne pas fournir les fonds nécessaires aux services minimums. ce n’est pas juste et c’est pourquoi j’ai fait cette marche pour sauver mon peuple de la perte de leur domicile et de leur pays.

Vous voullez en connaitre plus à propos de Clinton? contactez nous sur notre page Facebook (1).

: https://www.facebook.com/Clintonswalkforjustice

1 J'aime